La pouzarenque

La Pouzarenque (de l’occitan « pous » = puits et « racar »= rendre, cracher), en français « puits à roue » ou noria.

Le puits à roue – ou encore « chaîne à godets »- tire l’eau non pas d’une rivière ou d’un canal, mais, comme son nom l’indique, d’un puits. Le mécanisme est constitué d’une roue horizontale avec un bras actionné par un homme ou un animal (âne ou mule) qui tourne autour de la roue, sur une piste appelée « manège ». Des jeux d’engrenages transmettent le mouvement à une roue verticale, munie d’une corde ou chaîne à godets.

Celle-ci descend au fond du puits, et l’eau est remontée au sommet de la roue où elle se déverse dans un bassin ou canalette. La longueur de la chaîne est adaptée à la hauteur d’élévation voulue.

Les godets, autrefois en bois ou en terre cuite, sont en zinc ajustés et soudés. Selon la profondeur de puisage, ils peuvent contenir de 2 à 12 litres. Le bâti qui supporte la machinerie est composée de pierres taillées appelées « pierres poids », dont le poids global varie de 3 à 6 tonnes.

Les pouzarenques, dont le mécanisme est connu depuis l’antiquité, semblent être apparues dans notre région, sous la forme présente, au XVIIIème siècle, et elles ont eu leur apogée au XIXème siècle.

 

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×